Artistes

Klara KOLONITS

KlaraPortrait.jpg

Soprano

Née à Budapest, Klára Kolonits  est diplômée de l'Académie de Musique Franz Liszt. Elle rejoint ensuite l'Ensemble du Théâtre Csokonai à Debrecen ; elle y chante  Nannetta dans Falstaff, la Comtesse Almaviva des Noces de Figaro, Giulietta et Antonia dans Les Contes d'Hoffmann, Fiordiligi dans Così fan tutte et La Reine de la Nuit.
Lauréate de nombreux prix internationaux, elle a été engagée par l'Opéra national de Hongrie de Budapest, où elle est restée comme soliste , elle y a interprété de très nombreux rôles, Donna Anna, Fiordiligi, Konstanze, Fauno (dans Ascanio in Alba), Giulietta dans I Capuleti ed i Montecchi, Norma, Lucia, Marguerite de Valois dans Les Huguenots, Violetta, Odabella, Gilda et Luisa Miller, ou encore  Melinda dans Bánk Bán et Szilágyi Erzsébet dans Hunyadi László  de Erkel, ces deux derniers ouvrages étant considérés comme les opéras les plus belcantistes du répertoire hongrois. Ailleurs, elle incarne aussi Olympia, Elvira  des Puritains, Béatrice de Tende et Lucrezia Borgia, Donna Anna, ou encore La Reine de la Nuit (Haye, Weimar, Linz, Debrecen, elle a interprété le rôle en finnois au Festival de Savonlinna). Elle interprète récemment le rôle-titre de  Norma (dans une mise en scène de Nadine Duffaut), Lucia di Lammermoor, chante dans Les Huguenots à l'Opéra national de Hongrie, Les Puritains et Attila à Nuremberg, elle est Violetta à Cluj (Roumanie).
Elle interprètera  Marguerite de Valois dans Les Huguenots à Budapest.
Elle a également un vaste répertoire de Lieder à son actif : des airs de concert et airs sacrés de Mozart, la Resurrezione de Haendel et le Requiem de Verdi...  Elle  a aussi chanté beaucoup d’œuvres de Kurtág, d'Eötvös, de Boulez, et participé à des créations d'ouvrages composés, entre autres, par Jörg Widmann, Dániel Dinyés et Gija Kantscheli.
En 2013 puis en 2018, elle a reçu le titre « Kammersängerin » de l'Opéra national de Hongrie de Budapest...
Elle a enregistré un disque de mélodies de Liszt, récompensé en 2010  du prestigieux Prix  Liszt, ou encore un CD intitulé « Bel Canto Reloaded » avec quelques-uns des plus beaux airs de la littérature belcantiste avec l'Orchestre de la Radio de Hongrie sous la direction de Dániel Dinyés.
Elle se produit en concert aux côtés du pianiste Dániel Dinyés pour des récitals consacrés à Debussy, Korngold, Grieg et Schumann. Avec Bálint Zsoldos, elle donne des récitals, consacrés à Rachmaninov et Liszt (Budapest Spring Festival 2019).

Marlène ASSAYAG

marleneassayag.jpeg

Soprano

Après des études de flûte à bec, piano et harmonie, Marlène Assayag découvre l’art lyrique en interprétant, à 14 ans, le rôle-titre de l’opéra pour enfants de Nicolas Bacri Fleur et le miroir magique.

Après avoir obtenu son Prix de Concert à la Schola Cantorum à Paris en 2008, elle se perfectionne dans l’Atelier Lyrique de Nathalie Spinosi (rôles de Norina, Elvira de l'Italienne à Alger, Carolina du Mariage Secret) puis au CNIPAL en 2021-2013. Elle participe alors à de nombreuses master-classes dont celles de  Nicolas Courjal, Laura Sarti, Jeff Cohen, Felice Venanzzoni, Antoine Palloc, Vincent Le Texier, Marie-Ange Todorovitch, Alexia Cousin et Ruggero Raimondi.

Elle remporte ensuite diverses récompenses en concours : 1er Prix et Prix du Public du Concours International « Symphonies d’Automne » de Mâcon en 2009, Prix de la Mélodie au Concours UPMCF Honneur en 2013 et 3ème Prix d’Opéra au Concours International de Marmandes en 2016.

Elle poursuit son expérience scénique avec les rôles de la Prima Donna dans Viva la Mamma ! de Donizetti (2009-2011), Romilda dans Serse de Haendel (2011), Adèle dans Le Comte Ory de Rossini (2012), Aminta dans Il Re pastore de Mozart (2013-2014) et Donna Anna dans Don Giovanni de Mozart (2013-2014). Elle a alors l’opportunité de travailler avec François de Carpentries, Federico Santi, Olivier Desbordes, Eric Pérez et Jean-Christophe Spinosi dans divers Théâtres et Opéras (Arras, Reims, Rouen, Massy, théâtre des Champs-Elysées et Festival de Saint-Céré entre autres).

En 2015, elle interprète sa première Reine de la Nuit dans La Flûte Enchantée de Mozart à Budapest lors du Concours Armel International Competition où elle obtient le prix d’interprétation. Elle a alors l’occasion de rechanter ce rôle dans différentes productions (Marseille, Orléans, opéra de Nice et Londres, Capitole de Toulouse en 2021).

La saison 2016-2017 marque pour Marlène Assayag plusieurs prises de rôles : Le Feu, la Princesse et le Rossignol dans L’Enfant et les Sortilèges de Ravel, Gilda dans Rigoletto de Verdi (théâtre de Poissy) et Constance dans L’Enlèvement au Sérail de Mozart (débuts à la Philharmonie de Paris et à l’Opéra de Clermont-Ferrand).

En 2017-2018, elle est lauréate de la Fondation Royaumont et travaille le rôle de Nanetta dans Falstaff de Verdi avec Georges Lavaudant, ainsi que celui de Donna Anna avec Patrice Caurier et Moshe Leiser.

En 2018, elle chante au Grand Théâtre de Compiègne et au Festival d’Aix-en-Provence dans un spectacle autour de Richard Strauss. Toujours au Festival d’Aix-en-Provence et à la Chaise-Dieu, elle interprète le quatuor N°2 de Schoenberg avec le Quatuor Arod. Elle continue de se produire régulièrement dans le rôle de la Reine de la Nuit : Opéra de Clermont-Ferrand et Opéra de Fribourg (2018-2019).

En 2019, elle débute à l’Opéra de Nancy dans la Fée dans Cendrillon de Massenet.

En septembre 2021, elle interprète sa première Violetta dans La Traviata de Verdi à Orléans.

François LIS

FLisPortrait - Copie.jpeg

Basse

La basse française François Lis naît en 1976 à Béthune. Il suit d’abord une licence de musicologie à la Sorbonne, puis poursuit des études de chant au CNSMDP, dont il sort primé en 2003. Il fait ses débuts à l’Opéra de Lyon en 2004 dans Les Boréades de Rameau, incarnant Borée sous la direction musicale de Marc Minkowski. Deux ans plus tard, il débute à l’Opéra de Paris (où il retourne ensuite régulièrement) dans la mise en scène de Platée de Rameau par Laurent Pelly, également dirigée par Marc Minkowski, en Jupiter. La même année, il est à l’Opéra national du Rhin dans Benvenuto Cellini de Berlioz (Clément VII).

En 2007, il prend le rôle-titre des Noces de Figaro de Mozart à Lyon sous la direction de William Christie. L’année suivante, il apparaît à La Monnaie avec Minkowski dans La Cenerentola

de Rossini en Alidoro. En 2009, il prend le rôle d’Escamillo dans Carmen de Bizet, pourtant dévolu à un baryton, au Festival de Skopje. Il interprète deux ans plus tard Marcel dans Les Huguenots 

de Meyerbeer à La Monnaie. En 2013, il fait ses débuts au Festival de Glyndebourne

dans Hippolyte et Aricie (Pluton/Jupiter/Neptune) sous la direction de William Christie.

En 2015, il participe à la mise en scène des Fêtes vénitiennes de Campra par

Robert Carsen, sous la direction de William Christie (Le Carnaval/Léandre/Rudolphe) à l’Opéra Comique. Il revient de nouveau à l’Opéra de Paris à deux reprises : dans la mise en scène d’Alceste 

de Gluck par Olivier Py à Garnier dirigée par Minkoswki (Un Dieu Infernal/L’Oracle) et dans Le Roi Arthus de Chausson, mis en scène à Bastille par Graham Vick, sous la baguette du Directeur musical Philippe Jordan (Alan). En 2016, il fait ses débuts au Festival de Munich dans Les Indes galantes de Rameau (Don Alvaro/Huascar). Toronto le reçoit ensuite en tant que Roi d'Ecosse dans Ariodante de Haendel. En 2018, il interprète Raimondo dans Lucia di Lammermoor de Donizetti à Bordeaux avant de faire une escale au Festival de Munich pour incarner Caronte dans Orlando Paladino de Haydn. La même année, il débute à Amsterdam en Schlemil dans Les Contes d'Hoffmann avant d'y interpréter le Grand-prêtre dans Œdipe (Enescu), et prend le rôle de Don Basilio dans Le Barbier de Séville à Bordeaux. En 2019, ses rôles dans Les Indes galantes lui permettent de débuter à Genève.

En 2020/2021, François Lis chante le rôle-titre de Thamos, Roi d'Egypte de Mozart à l'Auditorium de Lille en avril 2021 puis se produit en Don Diego dans L'Africaine de Meyerbeer à Marseille où il reviendra en 2023 dans les Huguenots de Meyerbeer.

 
 
 

Ania WOZNIAK

Ania.jpg

Mezzo-soprano

Mezzo-soprano d'origine polonaise, Ania Wozniak obtient sa licence en Musicologie à l’Université de Paris VIII. Elle étudie le chant auprès de Christine Schweitzer et actuellement se perfectionne auprès de Mariam Sarkissian à Paris.

Elle incarne de nombreux rôles sur scène : Lola dans Cavalleria Rusticana au Festival Nebrodi in Canto en Sicile, la 2ème dame dans Die Zauberflöte de Mozart au Théâtre Regina Maria à Oradea en Roumanie, Costanza dans L’Isola disabitata de Haydn, la saison suivante c’est le rôle titre d’Iphigénie en Tauride qu’elle chante sous la direction de Quentin Malinas.

En France, Ania est Flora dans La Traviata sous la direction de Frédéric Rouillon au Pin Galant de Mérignac et au Dôme de Saumur et Mercedes sous la direction de Jean-Michel Ferran à Paris. Elle est également Dorabella au Théâtre du Ranelagh. Elle se distingue dans le répertoire rossinien en chantant Rosine au Pin Galant de Mérignac et Tisbé dans La Cenerentola au Théâtre du Ranelagh. Ania chante le rôle titre de Carmen à Tours avec la compagnie Au Fil du Bel Canto. Elle se produit en récital à l'Académie des Beaux-Arts à Florence, au Théâtre du Sébastopol de Lille, à l’Athénée Wresinski à Bordeaux ainsi qu’aux Théâtre de Laval et de Chimay.

Quelques rôles d’opérette complètent son parcours scénique : Czipra dans Le Baron Tzigane, Mariana dans Gipsy au Festival d’Opérette d’Ath en Belgique, La Baronne dans La Vie Parisienne au Théâtre de Nice et l’Opinon Publique dans Orphée aux enfers d’Offenbach au Théâtre du Ranelagh. Elle est également Gariné de l’opéra bouffe éponyme de D. Tchouhadjian au Théâtre du Gymnase et au Théâtre des Bouffes du Nord.

Ania Wozniak aborde également l’oratorio (Requiem et de la Messe du couronnement de W.A. Mozart, The ways of Zion do mourn de G.F. Haendel et du Te deum de M.A. Charpentier)

Récompensée au 26e Concours International de Chant de Clermont-Ferrand, Ania est engagée pour le rôle de Lola dans Cavalleria Rusticana de Mascagni dans les Opéras de Grand-Avignon, Reims, Massy, Vichy, Clermont- Ferrand et au Festival de Saint-Céré pour les saisons 2020 et 2021.

Pauline RINVET

Pauline.jpg

Soprano

Titulaire d'une licence de musicologie, elle étudie le chant à la Hochschule für Musik de Leipzig et au CNSM de Paris. Elle se produit dans plusieurs productions en Allemagne (Artaserse de Hasse à Münich, Bayreuth et Budapest, Farnace de Sterkel, Socrate immaginario de Paisiello). En 2017, elle fait ses débuts au Staatsoper de Nüremberg en Reine de la Nuit (la Flûte enchantée) et au Staatstheater am Gärtnerplatz de Münich. En 2020, elle intègre la troupe des théâtres d'opéra de l'état de Schleswig-Holstein.

Arnaud KIENTZ

Arnaud.jpg

Baryton

Arnaud Kientz est médaillé d’or du Conservatoire de Garches, il se perfectionne à la maîtrise de Notre-Dame de Paris puis auprès des chefs de chant Janine Reiss et Thomas Muraco à New York. Il se produit régulièrement en France et à l’étranger (notamment au Japon) en récital, en concert, dans un répertoire d’opéra, de mélodie et d’oratorio, des origines à nos jours.

Il possède une voix dont la très grande étendue et l’extrême virtuosité trouve sa plénitude dans les rôles exigeants de bel canto dont il s’est fait une spécialité.

Arnaud Kientz est par ailleurs professeur de chant, travaillant aussi avec des débutants que des artistes lyriques professionnels en carrière.

 
 

Nicolas LEGOUX

nicolas_legoux.png

Basse

Diplômé de la Musik Universität de Vienne, il chante dans de nombreuses productions notamment à Vienne, en Chine et au Japon. Il est Don Alfonso (Cosi fan tutte), Sparafucile (Rigoletto), Daland (le Vaisseau fantôme) au Staatstheater Darmstadt. En 2018 il est Colline (la Bohème) à l'Opéra Comique à Paris. Récemment il chante dans Salomé et la Grande Duchesse de Gerolstein à l'Opéra de Cologne. En 2019, il a fait ses débuts au festival de Radio France dans Fervaal de Vincent d'Indy.

Equipe de direction

 

Jean-Marie CHAUVIN

JM - v2.JPG

Président et Contre-ténor

Titulaire d’un premier prix de chant au CRR de Versailles, il met à profit ses talents de chanteur dans un premier temps dans le répertoire de la comédie musicale dans de nombreux théâtre parisiens. Il participe à la recréation de l’opéra les Fêtes de Ramire de Rameau à Paris et au concert annuel du prieuré des Herbiers (85) de 2017 avec des airs de Vivaldi. Depuis 2019, il se produit au Festival Lyrique en Tronçais dont il a pris la présidence en 2021. Il exerce en parallèle son métier de musicothérapeute et d’expert d’art graphique du XIXe siècle.

Maxime NEYRET

MNeyret v3.JPG

DIrecteur musical et pianiste

Titulaire d’un premier prix d’accompagnement au CRR de Rueil-Malmaison, il se spécialise dans l’accompagnement de chanteurs lyriques à l’occasion de masterclasses (notamment Ruggero Raimondi à Marseille, Viorica Cortez au Moulin d’Andé, Alexia Cousin, Udo Reinmann), de concerts lyriques (dont le festival Volcadiva de Royat (63), le studio opéra de l’Opéra Bastille, l’opéra de Clermont-Ferrand) de productions lyriques (chef de chant entre autres pour la Traviata avec l’association OpéRassemble (93) en 2020, die Zauberflöte et il Barbiere di Siviglia avec l’Opéra du jour au théâtre du Ranelagh). Il accompagne les concerts du Festival Lyrique en Tronçais. Par ailleurs, il est ingénieur-chercheur EDF et assure le poste de chef de chant au conservatoire des Pavillons-sous-bois (93).